Que veut dire « continuité pédagogique » avec les élèves allophones ?

Pendant le confinement, les enseignant·es d’UPE2A font de leur mieux pour garder le contact avec leurs élèves, qui vivent souvent dans une grande précarité.

Petit rapport d’expérience personnelle : très peu d’élèves ont le matériel informatique adéquat, et encore moins une connexion stable, rapide et régulière à internet. Seul le téléphone, à certaines conditions, permet de recevoir du travail, et de répondre par photo.

En ce début de 3e semaine de « travail » à distance, il nous semble que le plus important est de téléphoner régulièrement aux élèves, et de les aider à comprendre la masse de documents et de travaux envoyés dans toutes les matières.

Catherine Mendonça-Dias a déjà dressé un bilan de la première semaine de confinement : nous en retenons que les soucis sociaux ont parfois prévalu sur les questions pédagogiques ; mais aussi que nous pouvons essayer de nouvelles choses, pendant les semaines à venir (en conclusion de l’enquête).

Comment relancer l’enseignement des langues étrangères en sortant du CECRL ?

Bruno Maurer, Christian Puren, CECR: par ici la sortie!, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2019. En accès libre en cliquant sur le lien.

Nous citons le résumé publié sur le site LabeLettres (publications des chercheuses et chercheurs de la Faculté des Lettres de l’Université de Lausanne): http://wp.unil.ch/labelettres/cecr-par-ici-la-sortie/

« Les deux dernières parties de cette publication tracent deux voies parallèles de sortie du Cadre, dans une perspective résolument pluriméthodologique: une « évaluation intégrée » qui prend en compte l’ensemble des enjeux du processus d’enseignement-apprentissage des langues; une «méthodologie plurilingue intégrée» qui s’appuie sur le déjà-là des apprenants et sur le déjà-construit en termes de savoirs sur les langues et de compétences d’apprentissage des langues ».

Nous nous permettons de joindre notre analyse sur l’inadéquation entre CECRL et public allophone scolaire.

Les Cahiers Pédagogiques n°558, janvier 2020 : « Les élèves migrants changent l’école »

« Pour que l’égalité ne soit pas qu’un slogan », interview des coordonnateurs, Jean-Pierre Fournier et Françoise Lorcerie,
10 janvier 2020 : https://www.cahiers-pedagogiques.com/Pour-que-l-egalite-ne-soit-pas-qu-un-slogan-12431

Notes de lecture :

« Une scolarisation sur mesure : les UPE2A » (C. Mendonça-Dias, M. Armagnague et I. Rigoni), pages 26-27.

Suite à la publication de l’enquête EVASCOL et du Rapport du défenseur des Droits (voir notre billet du 2/01/2019), les autrices soulignent que les UPE2A prennent des formes très différentes sur le territoire. De plus, les missions des enseignant·es ne sont pas bien définies, et ce que l’on attend des dispositifs ne l’est pas non plus :

« Difficile de définir de façon univoque ces unités qui entremêlent des fonctions d’apprentissage, de socialisation, de résilience, de soutien et où les objectifs pour les apprenants sont tels qu’ils sont inatteignables (suivre rapidement en classe régulière toutes les disciplines dans une langue seconde) ».

« Elmire en mode dépatouillage » (propos recueillis par Françoise Lorcerie, l’enseignante a souhaité rester anonyme), pages 30-31.

Comme de nombreux·ses enseignant·es, cette PE a appris son affectation en UPE2A à la dernière minute (courant juillet, pour la rentrée de septembre). « Elle ne l’a pas demandé, et n’a reçu aucune formation antérieure pour ce poste ».

Sur les réseaux sociaux (citons les pages http://UPE2A (unité pédagogique pour élèves allophones arrivants et http://UPE2A de Seine saint Denis et d’ailleurs), il est aisé de voir que cette situation se répète à chaque rentrée, alors même que des enseignant·es titulaires de la certification FLS ne trouvent jamais de poste en UPE2A.

« Itinéraire d’enfants accompagnés » (N. Riouffe), pages 15-16.

L’autrice présente la « forêt de sigles » utilisés à Marseille dans le parcours des mineurs non accompagnés (MNA). C’est uniquement grâce à cet article que nous avons pu comprendre les sigles utilisés par le CASNAV de Marseille : https://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_156537/fr/liste-des-unites-pedagogiques.

Statistiques de la DEPP pour l’année scolaire 2017-2018

La DEPP publie son rapport annuel sur la scolarisation des élèves allophones : https://www.education.gouv.fr/cid58968/64-350-eleves-allophones-nouvellement-arrives-en-2017-2018.html

6855 élèves allophones étaient scolarisés au lycée (+ 1983 jeunes de plus de 16 ans pris en charge par la MLDS).

Journée d’étude « Itinéraires de chercheur·es en didactique du français », Paris 3, 31 mars 2020

Journée organisée par le DILTEC (Paris 3): http://www.univ-paris3.fr/itineraires-de-chercheurs-sur-les-sentiers-de-la-didactique-du-francais-a-l-horizon-de-la-francophonie-608362.kjsp?fbclid=IwAR0pdH27n2HB20553Bm4_FF_OlpRDk0aXiE0eGRzlwPU2a6a0ZfRqLA01mU

Inscription ici : https://allophonie.hypotheses.org/a-propos/itineraires-de-chercheurs

Colloque « Les langues dans la famille : attitudes, usages, politiques, histoires », Paris, 26-28 mars

« Le colloque a pour but de réunir des équipes de recherche intéressées par les problématiques autour des liens entre la famille, les langues et d’autres institutions socialement plus complexes. 5 axes sont proposés à titre indicatif :

– Transmissions linguistiques et transmissions culturelles
– Acquisition et plurilinguisme
– Perspectives sociolinguistiques
– Les langues de l’enfant : de la maison à l’école et de l’école à la maison
– Approches transversales à partir de corpus littéraires et artistiques. »

https://languesfamille.sciencesconf.org/

Journée d’étude « Contribution des associations à l’accueil et à la scolarisation des primo-arrivants », 28 février 2020, Paris

28 février 2020 – Palais du Luxembourg, Paris (6e)
Seconde journée d’étude « L’éducation interculturelle et le modèle français d’accueil et de scolarisation des jeunes primo-arrivants », organisée par Paroles d’hommes et de femmes, sur le thème « Contribution des associations à l’accueil et à la scolarisation des primo-arrivants ».
À noter : l’intervention d’Isabelle Rigoni, maîtresse de conférences en sociologie à l’INSHEA et chercheuse au Groupe de recherche sur le handicap, l’accessibilité, les pratiques éducatives et scolaires (Grhapes).

https://www.facebook.com/groups/360641348150259/?tn-str=*F

Vendredi 28 février 2020 : Devant l’incertitude liée aux déplacements des associations participantes de province (mais les structures franciliennes pensent également la même chose), nous avons opté pour un changement de date à savoir le vendredi 28 février au lieu du vendredi 17 janvier, ce qui permettra à tout le monde de participer.

Journée d’étude « L’orientation scolaire des élèves migrants dans le système éducatif français », 29 janvier 2020, Aubervilliers

Journée d’études « L’orientation scolaire des élèves migrants dans le système éducatif français », dans le cadre du projet Emigroscol, INSHEA.

Institut Convergences Migrations Mercredi 29 janvier 2020 de 9h à 18h.

Campus Condorcet, Centre de colloques
Auditorium 150
Place du Front Populaire
à Aubervilliers (93)

Journée d’étude « Contextes et pratiques langagières en français langue étrangère et seconde », Université Lyon2 – CNRS, 31 janvier 2020

Journée d’étude organisée par le laboratoire ICAR (Université Lyon 2 – CNRS) et l’équipe ADIS (Apprentissages, Didactiques, Interactions et Savoirs).
31 janvier 2020, Institut Français de l’Education, Salle des conférences, Lyon : https://jeanfrancoisgrassin.wixsite.com/contextes

Les Langues Modernes n°4/2019 : « Évaluation et certification en langues : tensions, évolutions, perspectives »

Coordonné par Jean-François Brouttier. Le sommaire est ici : https://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php?article7838

Editorial du numéro : https://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php?article7858

La thématique du numéro, auquel nous avons eu l’honneur de contribuer, nous semble rejoindre les questionnements actuels portant sur les épreuves certificatives du « bac 2021 » et du « nouveau lycée pro », notamment pour les langues vivantes (voir publication infra).

Giornata di studio « Diversità linguistica, inclusione e didattica delle lingue a scuola », Università di Bologna, 11 dicembre 2019

Unversité de Bologne, 11 décembre 2019

Giornata di studio, nel quadro delle iniziative del Progetto Diversity and inclusion (DIVE-IN) – Dipartimento di Lingue, Letterature e Culture moderne. L’iniziativa muove da un’attenzione particolare verso alcuni aspetti della diversità linguistica e propone, poi, un confronto sulle implicazioni educative e didattiche per la scuola primaria e secondaria di I e II grado. Il tema della diversità linguistica è infatti affrontato dalla prospettiva dell’inclusione a scuola, con l’obiettivo di illustrarne micro-processi, pratiche in classe e nella relazione scuola-famiglia, in ambito italiano e non.

Travaux de Cecilia Adorno et Silvia Sordella (Università di Torino) : le travail à la maison n’est pas présent dans tous les systèmes scolaires ni dans toutes les familles. Hypothèse de recherche : réduire la distance linguistico-culturelle en utilisant la langue d’origine, avec un médiateur culturel qui va dans les maisons, et en « utilisant » le parent comme référent expert dans sa langue >> un point de vue complémentaire par rapport à « Ouvrir l’école aux parents » en France.

Un site pour l’italien L2 : http://www.glottonaute.it/

Nouveau « bac 2021 »: inquiétudes sur les langues vivantes

Selon les textes récemment publiés, les spécialités seront limitées à 4 langues étrangères et 7 langues régionales ; les élèves ne pourront pas choisir deux spécialités de langues ; il semble bien que seules les langues étudiées en première et en terminale puissent faire l’objet d’épreuves, puisque celles-ci se dérouleront en cours de formation.

Dans ces conditions, quelle diversité linguistique pourra être garantie aux élèves ? Ne pourront-ils plus « changer l’ordre » de leurs langues comme auparavant (LVA/LVB/LVC) ? Et pour les allophones: devient-il impossible, de fait, de choisir leur langue maternelle au bac ?

Nous relayons donc les inquiétudes soulevées par l’APLV, ainsi que l’enquête lancée par l’association pour dresser un état des lieux de l’enseignement des langues vivantes étrangères et régionales.

Ajoutons la réflexion nécessaire sur les nouveaux programmes et les nouvelles épreuves de français (EAF) : quelles marges de manœuvre pour les élèves à besoins éducatifs particuliers ? Voici le travail de l’AFEF : http://www.afef.org/cr-de-la-journee-nouveaux-programmes-de-francais-au-lycee-comment-faire-pour-quoi

Le point de vue de la sociologie

Un numéro spécial de la revue Migrations société : n°176, 2019/2, dédié à « La scolarisation des élèves migrants en France », coordonné par Maïtena Armagnague, Isabelle Rigoni et Simona Tersigni. https://www.cairn.info/revue-migrations-societe-2019-2.htm#

En accès libre si votre bibliothèque universitaire le permet.

Le point de vue sociologique permet une description fine du terrain (articles de C. Mendonza-Dias, de C. Petitcorps et d’E. Barthou). Les coordonnatrices du numéro souhaitent ainsi « questionner le paradigme inclusif » et analyser le « paradigme implicitement glottophobe » de l’Education nationale.

Brèves notes de lecture :

  • page 39 : dans le sigle EANA, la notion « allophone » a pris le pas sur la notion de « nouvellement arrivé », sans que cela soit questionné par l’institution ;
  • page 51 : pas d’approche holistique de la migration dans l’Education nationale, d’où une exacerbation des tensions entre politiques migratoires restrictives et politiques éducatives d’accueil ;
  • page 72 : le « nouveau management » de l’Education nationale conduit à des logiques hiérarchiques préjudiciables à la scolarisation des élèves allophones.

Enseignement du français aux lycéen·nes allophones

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search