Colloque “L’apprenant”, Rennes, 31/01-2/02

La centration sur l’ « apprenant », issue du mouvement constructiviste, est aujourd’hui préconisée par le CECR (2000 et 2018), à travers la perspective actionnelle d’apprentissage des langues vivantes. Nous souhaitons ici souligner les connexions et les divergences entre la politique européenne de l’enseignement des langues vivantes étrangères et secondes, et la politique linguistique nationale représentée par les textes ministériels.

Nos analyses montrent à première vue une forte relation entre les recherches du Conseil de l’Europe sur les langues de scolarisation, et la circulaire nationale de référence publiée en 2012, intitulée « Organisation de la scolarité des élèves allophones nouvellement arrivés ». Pourtant, les textes institutionnels qui régissent l’enseignement des langues vivantes et du FLS en France utilisent à une très large majorité le terme « élève », tandis que ses substituts sont « enfants », « adolescents », « jeunes ». Le terme « apprenant » utilisé dans les textes européens et en pédagogie des langues étrangères, quant à lui, apparaît bien rarement.

Quelles incidences les choix terminologiques opérés par l’institution ont-ils sur la prise en compte du public scolaire à besoins particuliers que sont les lycéens allophones ? Devraient-ils devenir, à terme, des « élèves » comme les autres ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.