Workshop phonétique corrective, Rennes 2, 9/05/2019

Points saillants de la conférence de M. Billières :

  • la plus grande difficulté lorsque l’on apprend une langue étrangère est la prononciation, car chaque langue a son propre “territoire sonore” (exemple : le “s” en français et en espagnol ne fonctionne pas dans le même système)
  • l’accent en LE est normal
  • l’amélioration de la prononciation est possible, mais pas pour tout le monde
  • la méthode verbo-tonale est globalisante (oralité + gestualité, le son n’est jamais travaillé de façon isolée) tandis que la méthode articulatoire est atomisante (elle est efficace sur certains sons mais inopérante pour de nombreuses erreurs de prononciation)
  • le travail en classe doit se faire à partir de la voix du professeur et de la production des apprenants (pas d’enregistrements), sur des “mots phonétiques” (F. Wioland), qui comptent au maximum 4 syllabes (les groupes rythmiques d’une phrase sont trop longs)

https://www.verbotonale-phonetique.com/

Points saillants de la conférence de L. Baqué :

  • seul le travail sur la prosodie améliore l’intelligibilité des apprenants (études ALE au Canada)
  • la fluence en L2 va de pair avec la fluence en L1 (phénomène dû aux capacités de chacun : mémoire de travail, extroversion, planification de la tâche…)
  • concernant la fluence, la perception des pauses pleines (“euh” en français) est meilleure que celle des pauses vides > à enseigner
  • les mots transparents et les noms propres sont les plus inadaptés aux exercices de phonétique, car plus propices aux calques phonétiques avec la L1.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.