Journée d’étude “D’un langage à l’autre. Travailler les mathématiques avec des élèves plurilingues”, Paris, 5/06/2019

Points saillants de la journée d’étude :

A travers l’exemple du maori, du breton, de l’anglais et du français, Caroline Poisard a souligné que les langues ne représentent pas toutes l’espace de la même façon ; que la numération est différente (notamment dans ses catégories grammaticales et dans sa représentation digitale) ; il faut donc proposer des modèles mathématiques complets en classe.

Laurent Gajo a rappelé que dans le contexte plurilingue suisse, l’enseignant doit être conscient de la dimension linguistique de son enseignement. Faire des mathématiques dans la L2 des apprenants ne suffit pas, il faut adopter une modalité d’enseignement plurilingue : le recul est nécessaire pour que la dimension linguistique émerge.

Fatima Chnane-Davin a montré que le cours de mathématiques en UPE2A peut échouer si les élèves ne réussissent pas à atteindre le niveau d’abstraction requis, par manque de références langagières. Un “ralentissement didactique” est nécessaire.

Catherine Mendonça-Dias a élaboré un corpus avec des étudiants de didactique du FLE, afin de proposer et de tester en classe des séquences d’enseignement des mathématiques : http://www.francaislangueseconde.fr/pistes-pour-lenseignement/seances-sequences/

Enfin, Christope Hache a participé à l’élaboration du livret d’accompagnement “Mathématiques et maîtrise de la langue”, publié en 2016 par le MEN :

http://cache.media.eduscol.education.fr/…/RA16_C3C4_MATH_math_maitr_lang_N.D_60…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.