Séminaire national (PNF) “La scolarisation des élèves allophones : enseignement du français FLE, FLS, FLESCO”, 1/04/2019 (compte-rendu)

Toutes les vidéos du séminaire sont en ligne : https://eduscol.education.fr/cid139237/la-scolarisation-des-eleves-allophones-eana-enseignement-du-francais-fle-fls-flesco.html

Prise de notes et commentaires personnels sur les conférences et tables-rondes.

Ouverture du séminaire

  • Une nouvelle équipe est en charge des allophones au Bureau des écoles : quelle continuité par rapport aux travaux précédents ?
  • Objectifs affichés : réaffirmer le droit commun ; réaffirmer que la maitrise de la langue est l’affaire de tou·tes, pas uniquement des spécialistes ; réaffirmer que la loi de 2005 concerne tous les élèves à besoins éducatifs particuliers, pas seulement les élèves en situation de handicap.
  • De nouveaux livrets d’accueil seront bientôt disponibles, dans plus de langues.
  • La circulaire de 2004 sur la CCFLS est en cours de révision.

Conférence de Valérie Spaëth “FLE, FLS, FLESCO : quelle(s) définition(s), quel(s) contenu(s) en 2019”?

Domaine de la didactique des langues : FLS et FLSCO semblent synonymes, mais le champ est complexe.

  • FLE : notion de distance. Le FLE est une matière substituable à une autre.
  • FLS : statut qui est imposé à l’apprenant·e. Rôle collectif (lié à l’histoire) + rôle cognitif (la langue n’est pas un simple outil).
  • FLSCO : commun au FLM et au FLS (pas au FLE), lié à l’école. Il s’agit d’une fonction : le FLSCO est la langue d’enseignement (mais pas d’apprentissage ?). A noter que la plupart des enfants dans le monde n’entrent pas dans l’écrit dans leur L1.

>> “On entre dans le français par le cadre sécurisant du FLE, mais on ne peut pas y rester : il faut aller vers la langue de l’école”.

>> “La didactique du FLSCO n’est pas établie, tout reste à faire” >> les dispositifs (CLIN, CLA puis UPE2A) ont été créés avant l’ingénierie.

Tables-rondes 1 et 3

Les exemples de l’académie de Lille, de Rennes, du département des Hauts-de-Seine, de Bordeaux et de Marseille montrent la très grande diversité des dispositifs et des modalités de mise en œuvre des UPE2A.

>> Quelle harmonisation des outils et des circulaires locales/nationales?

Table-ronde 2 : “quelles formations”

Les inspecteurs de lettres et lettres-histoire soulignent la nécessité d’impliquer tou·tes les acteur·trices de la formation initiale et continue.

F. Miquel indique que la formation initiale à l’ESPE sur la loi 2005 est trop rudimentaire, et souvent limitée à la situation de handicap (attente d’une formation initiale approfondie). La circulaire de 2012 doit être entendue dans sa dimension collective >> “nécessité de former tous les personnels à l’inclusion, y compris les équipes de direction”.

F. Hivert se félicite que les inspecteurs·trices soient de mieux en mieux informé·es sur les allophones. Mise en place d’un dispositif en lien avec la recherche universitaire : groupe recherche-action avec universitaires de l’ESPE, et question du FOS en LP >> “ce qui compte, ce n’est pas le nombre d’allophones, mais ce que ressentent les enseignants même chevronnés face à ce public”.

>> la formation initiale des enseignant·es et des personnels de direction doit être repensée. La formation continue doit proposer un large éventail de ressources.

Remarques sur le lycée

Une Banque de ressources numériques éducatives pour le FLS sera bientôt ouverte (éditeur Didier, en accès libre sur EDUSCOL), avec des ressources de l’école au lycée >> “un grand vide” s’observe chez de nombreux éditeurs, concernant le lycée.

Sur Canopé, une plateforme proposant de nouveaux tests de positionnement en mathématiques et en langue d’origine (25 langues) a été créée >> “les élèves de lycée sont souvent oubliés pour ce qui concerne les compétences scolaires”.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.